Myrrhe d'Or

Dans le silence de l'eau, sans soleil ni lune, dans le vide d'aucun reflet, je meurs à la douce nuit d'amour

La lune ambrée se rappelle à mon coeur, inonde mes chairs en deuil d'amour

J'abandonne mes larmes en ton sein et laisse mon corps flétri à ta compassion bien aimée

Il n'y a plus jusqu'à Toi !

J'avais froid et tu m'as réchauffée

J'étais seule et tu es venue

J'étais vide et tu m'as remplie de grâce

J'avais peur et tu m'as aimée

J'avais mal et tu m'as mis l'onguent sacré sur mes chairs meurtries

J'étais triste et tu m'as écoutée d'un doux silence aimant

Il est doux de mourir dans tes bras, il est doux de m'offrir au don de ton amour

Je traverse la douce nuit de l'âme jusqu'à Toi mon aimé

Au-delà de mon âme s'écoule le ruisseau de la vie et l'espoir de naître à Ton Amour

Libérée des trésors de la Terre, mes mémoires se déposent et s'offrent aux racines à venir

L'héritage du temple de l'âme s'est accompli et dissout mes chairs dans le sablier du temps

Ma chair est le fruit de mes amours et de ceux encore imparfaits, elle s'offre au feu couvé du grand alchimiste de la vie

C'est dans l'abandon que je t'épouse à nouveau ma Terre, l'inaccompli de mon coeur est l'espérance du retour de mon âme

Le temps d'une régénération céleste, je laisse sous ta protection le fruit de mes expériences terrestres

Seul le souffle de la nuit céleste me guide jusqu'à Toi

Mon corps fondu de Lumière ne semble plus être et mon dieu, qu'il est doux de te rejoindre !

Je me sens lointaine et si près de mon coeur divin

L'ambre et l'or s'épousent en moi

Cellules et particules se fondent dans la Lumière du Tout Amour

Au coeur de la pierre philosophale s'élève l'espoir d'une vie nouvelle, enfin !

L'envol du phénix ouvre la voie nouvelle de l'âme

Le corps de chair ressuscite au corps de Lumière manifesté

L'union féconde de l'Amour enfante l'Univers de ne jamais t'avoir quitté !

 

Oéana